Nous devons lui dire merci…

nicolas-buss-1

Un grand merci à Nicolas Bernard-Buss. N'a-t-il pas renvoyé dos à dos l'UMP et le PS, acteurs de la «déshumanisation ambiante» ? N'a-t-il pas justement dressé le constat de bien de nos maux terribles ? Employant des mots simples, compréhensibles par tous : «En République française, l'argent est roi, Dieu rejeté, et le peuple soumis»

 

Nous ne connaissons pas Nicolas Bernard-Buss alias « Berns ». Si forte soit notre sympathie pour lui, nous ne lancerons pas des Nicolas à tous vents. Nous lui disons merci du fond du cœur. Nous ne sommes pas assez grand clerc pour dire de lui qu'il est un « martyr ». Nous ne savons pas plus si, prisonnier politique il est... Nous savons qu'il a été et qu'il est fort maltraité. Mais ce que nous percevons par-dessus tout, c'est sa lucidité.

Il prend le soin de dire « En République française » et non pas « En République... ». Convenez qu'il fait preuve d'une grande finesse d'esprit ! D'une connaissance certaine de notre histoire...

Sa phrase simple ne fait-elle pas écho à la réflexion du « vieux » poète de Martigues qui dressait lui aussi un constat ?

« Quelques centaines de familles sont devenues les maîtresses de la planète. Les esprits simples qui s'écrient : « révoltons-nous, renversons-les », oublient que l'expérience de la révolte a été faite en France, il y a cent quinze ans ; et qu'en est-il sorti ? De l'autorité des princes de notre race, nous avons passé sous la verge des marchands d'or, qui sont d'une autre chair que nous, c'est-à-dire d'une autre langue et d'une autre pensée. Cet Or est sans doute une représentation de la Force, mais dépourvue de la signature du fort. On peut assassiner le puissant qui abuse ; l'Or échappe à la désignation et à la vengeance. Ténu et volatil, il est impersonnel. Son règne est indifféremment celui d'un ami ou d'un ennemi, d'un national ou d'un étranger. Sans que rien le trahisse, il sert également Paris, Berlin et Jérusalem. »
http://maurras.net/textes/92.html

Maurras-60-ans-apres

Il se dit que Nicolas Bernard-Buss est un « Veilleur » de la première heure. Nombreux sont ceux qui louent cette belle réponse à la « déshumanisation ambiante » couronnée par une loi... Belle réponse donnée par toute une jeunesse française que personne n'attendait.
En son temps, le poète de Martigues pressentait-il une telle réponse en nous disant :
« Il suffirait de supposer qu'une lucide conscience du péril, unie à quelques actes de volonté sérieuse, suggère à l'Intelligence française, qui, depuis un siècle et demi, a causé beaucoup de désastres, de rendre le service signalé qui sauverait tout. » Charles Maurras- L'avenir de l'Intelligence.
http://maurras.net/textes/92.html

Oui, nous disons merci à Nicolas Bernard-Buss, un très grand merci ! A Nicolas Bernard-Buss qui s'insurgeait en lançant :
«Quand est-ce que les forces prétendument de l'ordre cesseront-elles d'obéir à des ordres absurdes? Quand prendront-elles enfin conscience que les voleurs et les menteurs ne sont pas le peuple pacifiste en face d'eux, mais les vieillards malades au-dessus d'eux? C'est après cette oligarchie qui s'en prend aux enfants qu'il faut courir, Messieurs les policiers!»
Source :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/06/20/01016-20130620ARTFIG00745-nicolas-23-ans-anti-mariage-gay-deux-mois-de-prison-ferme.php

Nicolas Bernard-Buss ne fait-il pas écho à celui qui lançait en son temps :
«Enfants de France, ce n'est pas votre pays qui s'est écroulé sur vous, c'est le règne des vieux. Le règne des vieux s'écroule d'ailleurs partout dans le monde et les dictatures qui se vantaient d'être jeunes travaillaient aussi pour lui en exploitant et en déshonorant l'enfance. Le monde a failli périr d'une espèce d'usurpation universelle de l'esprit de vieillesse contre l'esprit d'enfance, voilà la vérité.» Georges Bernanos

bernanos

Le pire n’est jamais certain. Des « Enfants de France », d’instinct pourrions-nous dire, se lèvent et disent Non ! Nicolas Bernard-Buss est l’un d’eux. En lui disant merci, nous les remercions tous !

Portemont

 

nicolas-buss-2
Lire :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/01/01016-20130701ARTFIG00293--nicolas-bernard-buss-ce-prisonnier-qui-derange.php