Chiche !

actes-colloque-maurras-60-ansA la veille de Noël 2012, une enquête établissait que le livre faisait la pige au chocolat qui jadis caracolait en tête en « matière » de cadeau de Noël ! Un an avant, le livre était à la dixième place... Tendance forte puisque il en était de même dans quatorze pays européen sur dix-huit!

Il faut que cet élan perdure. Mais est-il besoin d'attendre Noël ?

Un livre mérite de prendre de l'avance : « Maurras, soixante ans après »...

 

Le ton est donné par la « lettre-préface » de Michel Déon. Deux années passées auprès du « résistant de Lyon » lui conféraient cette charge... Vous y découvrirez l'intime des petits matins.

Ce « petit » livre est de ceux qu'il faut louer « petit ». Ils ont l'avantage de ne jamais vous quitter ni vous encombrer... Il convient d'en posséder deux, un pour le chevet, l'autre pour la poche si vous vous déplacez en transport en « commun », celui-là souffrira un peu. Deux ai-je dis ? Allons jusqu'à trois pour en mettre un en réserve dans votre bibliothèque.

La musique intérieure de Michel Déon, alors « le jeune » avant que d'être « l'Immortel », résonne encore à vos oreilles qu'Axel Tisserand prend la main. Axel Tisserand n'est pas à son premier de coup de maître. Souvenez-vous de « Charles Maurras, Lettres des Jeux olympiques », (GF, Paris, 2004 ; introduction, notes et dossier). Un « petit » livre... N'en fallait-il pas au moins 3 ? Nous conviendrons qu'avec « Dieu et le roi » (Correspondance entre Charles Maurras et l'abbé Penon- 1883/1928), nous fûmes pris de court. Seul un vieux gilet de chasse offrait une poche dorsale permettant d'avoir en tout temps ce précieux ouvrage avec soi...

Axel Tisserand, donc, est le pilote de ce livre ; nous préférons ce nom à celui de « directeur ».P ilote convient mieux à un tel ouvrage qui démontre combien sont riches les moissons après les semailles du Maître de Martigues. Dans les tempêtes nombre de directeurs s'enfuient, le pilote, lui, garde le cap... Et le pilote nous prévient :
« ... en dehors de tout préjugé, les interventions d'aujourd'hui visent, soixante ans après la mort de Maurras, à révéler les aspects de sa pensée qui suscitent toujours l'intérêt. Si aucune thématique autre que « Maurras soixante ans après » n'a été imposé , c'est parce que nous avons pensé que cette liberté initiale était la mieux à même de laisser surgir, à travers l'arbitraire des intervenants, la richesse d'une œuvre dont l'auteur voulut toujours assumer le risque intégral. A celui qui avait

« [...] rêvé de t'offrir, ô Rose de l'Idée,
Ce ruisseau d'une flamme immortelle : mon sang »
(« La Rose de l'Idée », 18 janvier 1945, Lyon)

Cap tenu !

Pour laisser surgir la richesse de l'œuvre de Maurras, Axel Tisserand s'est entouré d'une belle armée de « sourciers ». Baguettes remisées, chacun a tiré sa meilleure plume, sans préséances...

De Charles Saint-Prot qui prend à bras le corps « le nationalisme de Maurras », à Frédéric Rouvillois qui en appelle à Minerve pour vous inciter à lire et relire « L'Avenir de l'Intelligence », ce sont les plumes rutilantes autant qu'acérées, de Jean-Marc Joubert « Charles Maurras et son « amitié » déférente pour Auguste Comte », Gérard Leclerc « La critique du romantisme », l'abbé Guillaume de Tanoüarn « Le paganisme de Maurras dans Anthinéa », Rémi Soulié « Notes sur Maurras et Evola- Latinité et romanité », Jean-François Mattéi « Maurras, entre Shakespeare, Baudelaire et Edgar Poe », Martin Motte, « Maurras vu par Louis Denis- Valvérane », un long et nécessaire rappel, des Provençaux de Paris, du Mouvement fédéraliste provençal, itinéraire qui nous explique le chemin de Maurras vers l'Action française... les années sombres aussi... Antoine Foncin dresse un attachant « Maurras et Léon Daudet », Arnaud Teyssier se risque avec talent au « Dialogue silencieux : Maurras, De Gaulle et la question des institutions »... Emile Poulat n'est pas en reste avec « Le Saint-Siège et l'Action française », Stéphane Blanchonnet « Charles Maurras et le néoclassicisme », Dominique Paoli « Pour Maurras, « Jeanne d'Arc a pratiqué et enseigné une politique d'Action française »...

Des sourciers avons-nous dit ! Et tous les jaillissements sont limpides, ne demandant qu'à vous abreuver jusqu'à plus soif !

Nous ne nous priverons pas de vous présenter au jour le jour chacune de ces interventions afin de saluer cette belle publication de « Pierre Téqui éditeur » dans la collection « Questions disputées ».

Portemont