Rien n’est au-dessus !

westermann-hollande
Rien n'est au-dessus !

Qu'on se le dise... Tout est possible sauf d'attenter à sa vertu. Son grand prêtre a parlé. Les bornes sont dépassées, il n'y a plus de limite. Si le « président » Hollande avait triste figure, entre deux couloirs de l'Elysée, c'est tout bonnement qu'il était sous le choc...

Un outrage sans nom a été fait à la « République ». Rajoutons pour plus de précision, à la « République française ».

 

«outrage fait à la République» nous dit son grand prêtre. Et de nous asséner : «C'est un choc, car il y a eu un grave manquement à la morale républicaine».

Il en est de la morale comme des « valeurs »...

Il y aurait donc une « morale républicaine ». Rajoutons une fois de plus : une « morale républicaine française »...

Juste vous rappeler qu'elle est née en 1793 en terre de Vendée, dans les marais et les bois de Savenay, et qu'un de ses bons prêtres se nommait Westermann... Un bon général « républicain ».

"Il n'y a plus de Vendée ! Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l'enterrer dans les marais et les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m'avez donnés, j'ai écrasé les enfants sous les pieds des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n'enfanteront pas de brigands. Je n'ai pas un prisonnier à me reprocher ; les routes sont semées de cadavres. On fusille sans cesse à Savenay, car à chaque instant il arrive des brigands qui prétendent se rendre prisonniers... Kléber et Marceau ne sont plus là, nous ne faisons pas de prisonniers, il faudrait leur donner le pain de la liberté et la pitié n'est pas révolutionnaire."

Portemont