Grande est la misère au royaume de France !

hollande-loi
Nous avions des bonnes nouvelles... Mais tout comme l'hirondelle qui ne fait pas le printemps, ces nouvelles sont des chiffons de papier. Dictature ? Guerre civile qui pointe son nez? Un couperet serait-il tombé sur nos cols ? Oyez braves gens ! La paix est revenue et le bon ordre « républicain et démocratique » règne...

« [...] un couperet venait de tomber sur la tête du peuple ». « C'est une honte. Les Français ne veulent pas de ce projet de loi et que font-ils ? Ils accélèrent ». Une Frigide Barjot retenant ses sanglots prenait la mesure de nos sombres jours. Le vote favorable du Sénat sonnait-il un vrai réveil ?

« Hollande veut du sang, il en aura ! Tout le monde est furieux. Nous vivons dans une dictature »

 

Frigide Barjot enfilait-elle sa cuirasse pour lancer l'assaut contre la loi inique alors que les seconds couteaux de l'UMP bombaient le torse ?

« Le président de la République prend le risque d'une confrontation violente avec les Français » Christian Jacob- chef de file des députés UMP

« C'est une incitation à la guerre civile » Philippe Gosselin -député UMP

Ah ! Le doux son du clairon appelant à la révolte... Nous étions le 12 avril 2013, une date à retenir. L'air était-il au renouveau ? Les foudres de guerre ne manquaient pas à l'appel...

« Quand on est Démocrate et Républicain le vote à mains levées du Sénat est une injure sans limite »- « Le mépris du Sénat et de Hollande provoquera le choc de la rue. Honte à eux. » Les « tweets » de Dame Boutin soulevaient des frissons martiaux...

Rassurez-vous, le soufflé aux illusions ne pouvait pas avoir belle mine bien longtemps.

Jeudi 18 avril un tout autre brouet nous était servi :
«Pour que le climat s'apaise, il faut empêcher les fauteurs de trouble de nuire. Il faut des actions préventives tant que le débat a lieu» Frigide Barjot s'était ressaisie... Et de poursuivre : «Je demande solennellement au président de la République et au ministre de l'Intérieur de mettre en place un principe de précaution en enfermant tous les éléments perturbateurs des groupuscules nationaux et identitaires». «Mercredi, nous avons signalé des personnes qui ne faisaient pas partie de nos troupes mais la police n'a rien fait. Ils n'ont jamais été exfiltrés» Parole d'indic !

Ainsi donc, face à une loi qui a pour objectif « une réforme de civilisation », dixit le ministre Taubira, mais qui n'est rien de moins qu'une « révolution » et la destruction de notre anthropologie, il y a les bonnes troupes et les mauvaises.

Le président Hollande a bien reçu le message, message sans doute soufflé à Frigide Barjot par de bonnes âmes veillant au consensus « démocratique et républicain », seule source de la vérité... Et Frigide Barjot peut être ravie après sa rencontre avec le ministre de l'Intérieur : « Nous sommes très contents » que le gouvernement ait décidé « d'entrer dans le dialogue » et, « après avoir pris la mesure du mouvement, ait décidé de l'organiser avec nous ».

 

barjot-valls

Dénonçant les actes «homophobes» et «violents», le président de la « République française » a enfin parlé :
«Le droit de manifester est reconnu par notre Constitution et admis par les Français. Mais aucune manifestation ne doit dégénérer, aucune ne doit s'en prendre aux biens publics et il ne peut pas y avoir d'acte contre des personnes». «Je ne peux pas accepter non plus qu'il puisse y avoir des parlementaires qui ne puissent pas s'exprimer dans des débats publics ou des ministres qui lorsqu'ils se déplacent» sont empêchés «de faire (leur) travail»... allusion à l'accueil que reçoivent ses ministres lors de déplacement en province...

Lisant dans la boule de cristal, il peut sans crainte affirmer que pour les opposants à la loi :
«Ce n'est pas un report qu'ils demandent mais c'est le fait que cette loi ne puisse jamais intervenir. Ça s'appelle la mise en cause d'un principe : la loi doit être respectée. S'ils n'en sont toujours pas convaincus une fois l'application de la loi, eh bien il y aura d'autres élections notamment en 2017 et ces groupes politiques, ces personnalités, auront à dire ce qu'elles feront si les électeurs leur donne la possibilité de conduire le pays».
Bien vu, non ?

Ne sommes-nous pas rendus sourds par les voix de stentor des embusqués de ladite opposition ? Entendez-vous leurs affirmations sans faille « Nous abrogerons la loi ! » ?

ump-manif-pour-tous
Touche pas à ma « Filiation »... « Républicaine et démocratique »...

Pour notre part nous sommes sourds de leur silence... et nous sommes tout ouïes aux propos de Nicolas Gougain, porte-parole de l'Inter-LGBT :
"Après un temps de débats parfois longs et vifs, voici venu le temps de l'égalité". "Nous espérons maintenant que les premiers mariages pourront avoir lieu début juillet ». Des aimables « manifs » pour juillet afin d'aider Frigide Barjot à poursuivre sa « carrière » ?

Nos temps n'ont jamais été tant difficiles...

Portemont