Nos temps sont difficiles…

veilleurs-gendarmerie

Ils le seront bien plus encore dans quelques mois ! Rien de surprenant à cela. Temps d'élections oblige ! Un joli mois de mars « cru 2014 » nous attend. Elections municipales ! Mai 2014 ? Elections européennes ! Soufflerons-nous en 2015 ? Que nenni ! Elections départementales et régionales... A la sauce « parité »... C'est tout cela qui préoccupe les attentionnés politiciens. Tout cela et rien d'autre.

 

Une déclaration illustre clairement ce permanent souci du bien commun qui accable nos politiciens élus ou qui rêvent de l'être. Son auteur n'est autre que Roselyne Bachelot.
«Je ne sais pas ce que va voter Nathalie Kosciuscko-Morizet, mais elle ferait bien de matriculer ses abattis si elle veut être candidate. Parce que c'est ce que j'ai dit à François Fillon. Être « gay friendly », c'est pas une condition suffisante, mais c'est une condition nécessaire. »
Nul besoin de vous préciser que référence est faite à la candidature de N.T.M. (Oh ! Mille excuses... il s'agit de N.K.M. Nathalie Kosciusko-Morizet. Dommage collatéral de clavier !) à la mairie de Paris... Comment a voté N.K.M ? Evitons d'autres dommages collatéraux de clavier...
Le vaisseau amiral de l'opposition que veut être l'U.M.P. à des allures de radeau de la Méduse :
« La loi est votée. La manifestation du 26 mai n'est pas la nôtre. Notre famille est celle de l'ordre républicain, celle qui respecte les textes adoptés par le Parlement » Dixit l'ancien ministre de l'agriculture Bruno Le Maire... L'ordre républicain... Clemenceau doit s'en friser la moustache, lui qui étalait sa fierté d'être le premier flic de France. Un beau modèle pour Manuel Valls...

clemenceau

« Cela peut nous empêcher de rassembler le jour venu » aurait claironné François Baroin lors d'un petit déjeuner des responsables du radeau précité...
Et l'ancien premier ministre de se distinguer par un trait de courage : "... où est le point d'arrivée de ce mouvement et quel est l'objectif de la manifestation du 26 mai ? Où va-t-on ? Pourquoi on manifeste ? Où tout cela se termine ?". Propos rapportés par un de ses fidèles, bien sûr ! Vous avez reconnu François Fillon...
Tout ce beau monde est-il préoccupé par la véritable question anthropologique qui a été posée ? A-t-il fait sérieusement réponse à Madame Taubira qui avouait, après le vote : "...je suis submergée par l'émotion"?
Les seules émotions qui traversent ce beau monde ne sont que la résultante de leurs calculs électoraux. Il ne relit pas Aristote, tout particulièrement son « Ethique à Nicomade » :
« [...] c'est en pratiquant les actions justes que nous devenons justes, les actions modérées que nous devenons modérés, et les actions courageuses que nous devenons courageux. Cette vérité est encore attestée par ce qui se passe dans les cités, où les législateurs rendent bons les citoyens en leur faisant contracter certaines habitudes : c'est même là le souhait de tout législateur, et s'il s'en acquitte mal, son œuvre est manquée, et c'est en quoi une bonne constitution se distingue d'une mauvaise. »
Mais c'est un autre sujet et nous y reviendrons...

Le pire qui n'est jamais certain est devant nous. Sous peu les Français vont être choyés par mille promesses, et nous aurons droit à toutes les surenchères sur fond de « moi j'en étais ! »...
Ce qui tient lieu d'opposition aujourd'hui joue la même carte que l'opposition d'avant... Elle fait le pari que le fruit sera mûr et tombera tout seul... Il y a eu le « Tout sauf Sarkozy », elle rêve au « Tout sauf Hollande » et espère faire son trou autour du gruyère...

Il y a eu, grâce à une mobilisation sans précédent, des « petits », des « humbles », un retournement d'opinion... Lors d'une dernière enquête Ifop-"Valeurs actuelles", en mai 2013, seuls 36 % des Français disent choisir "la loi Taubira qui autorise le mariage et l'adoption d'enfants pour les couples homosexuels". En avril 2013, un sondage BVA-le Parisien Magazine concluait que 55 % des Français se disaient déjà opposés au "mariage pour tous" (contre 43 % de favorables).
« Le discrédit apporté à la loi Taubira est cinglant : pas une classe d'âge, pas une catégorie socioprofessionnelle, pas une zone géographique ne se dit majoritairement favorable au projet de loi de "mariage pour tous" voté le 23 avril dernier. Si le rapport est plus serré au sein des 18-35 ans (43 % de favorables contre 46 % d'opposés), il est écrasant chez les plus de 35 ans : 33 % pour, 57 % contre. Le "mariage pour tous" est surtout très largement désavoué au sein des catégories populaires, atteignant son point culminant chez les ouvriers : 56 % d'entre eux lui préfèrent le contrat d'union civile... » La donne était clairement expliquée :
http://www.valeursactuelles.com/mariage-gay-loi-taubira-rejet%C3%A9e20130507.html

Sous des formes différentes, toute la classe politique- bien sûr il y a quelque exceptions...- n'a-t-elle pas manifesté son plus profond mépris à l'égard de ce pays réel qui dérange ?
Et sous peu, nous vous le rappelons, il va falloir voter...

Pour s'y préparer, nous ne trouvons rien de mieux que de vous faire relire le très beau texte de l'abbé Guillaume de Tanoüarn, paru dans l'Action française en avril 2012. Toujours d'actualité !
« Ce que j'écris ici n'engage évidemment que moi-même : nous allons être confrontés à des échéances électorales. Nous ne croyons pas aux urnes. Le suffrage universel est le plus souvent un mauvais indicateur, un indicateur abstrait, de la volonté du peuple. Pourtant, la tradition de l'Action Française n'a jamais été de s'abstenir...
« [...] Quel est l'enjeu d'une élection ? Ultimement, c'est toujours l'intérêt national. Il faut donc se prononcer en fonction de l'intérêt national. On ne vote pas pour une personne, car le jeu électoral est devenu un concours de beauté, qui admet toutes les tricheries. On ne vote pas pour ses propres idées : prétendre que seules les idées sauvent, ce serait entretenir une démarche démocratiste, révolutionnaire (ou contre-révolutionnaire si la contre-révolution n'est que le symétrique de la Révolution). En tant que nationaliste, on vote pour une Patrie, pour préserver ce qui peut l'être, pour gagner du temps, en attendant les divines surprises que le temps ne manque pas de nous ménager si nous savons les saisir. »

Elections

Tout lire et relire...

http://www.actionfrancaise.net/craf/?La-chronique-de-l-abbe-de-Tanouarn,3125

Un exercice salutaire afin de nous préparer à de bien douloureux moments... A moins que... A moins qu'un grand Printemps français ne souffle sur nos temps difficiles ! Que nous ayons, tous, le courage d'être des enfants du Printemps français...
A suivre.

Portemont