Un mai 68 remis à l’endroit ?

comte-parisLe Chef de la Maison de France est une certaine actualité...

« J'admire cette magnifique jeunesse, dans ce mai 68 remis à l'endroit en mai 2013, ces veilleurs non violents qui donnent l'exemple de leur force tranquille, de leur abnégation déterminée, de leur respect d'autrui, celui de la dignité de chaque être et le rejet de l'exaspération et de la colère. »

« Il faut bien comprendre que le mariage est une institution commune à TOUTES les religions, la pierre angulaire de toute société organisée.

 

Le sacrement du mariage n'appartient pas au droit civil. L'acte civil devenu obligatoire au fil des siècles ne remplace pas le sacrement.

Si le "Pacs" a été rendu nécessaire par l'évolution des mœurs, ayant réfléchi, comme bien d'autres gens, à ce que cela signifiait, je l'ai trouvé positif car cela tablait sur une protection juridique.

« Pour nous êtres humains, le mariage est non seulement l'acceptation d'une complémentarité partagée, mais aussi pour le "croyant" une force d'avenir pouvant conduire naturellement à la naissance d'enfants et à la création d'une famille. Les aléas d'une existence partagée se trouvant confortés par la force qu'inspire la foi de transcender le quotidien.

« L'enfant ne doit pas être élevé dans le reflet d'un narcissisme réciproque, mais il doit pouvoir grandir de l'attention et de l'affection d'un couple complémentaire. »

« Au commencement, dans le Jardin d'Eden, Adam ne s'accouple pas à Adam, ni Ève à Ève... sinon nous ne serions pas là! »

« Tout enfant a le droit de connaître ses vraies racines pour pouvoir s'y référer.
L'ignorance, sa vie durant, de ses origines, pourrait être passible de folie. Je crois que nous pouvons tous le comprendre. »

« Telle une immense houle irréversible, ce "tsunami" pourrait conduire notre civilisation déjà trop perturbée à une disparition dévastatrice, la boussole ayant perdu tout contrôle, tout repère. »

« Afin de maintenir la cohésion de la famille, cellule de base de la société, le Roi Saint Louis fut contraint de combattre l'hérésie Cathare qui préconisait chez les Parfaits le célibat et le refus de la procréation. »

« Lorsqu'on ose faire voter à main levée, comme sous la terreur, lors de la révolution de 1792, des lois d'exceptions pour arracher au bulldozer les racines de notre civilisation judéo-chrétienne, il y a violence faite à la démocratie mais aussi à l'âme et au cœur des Français, à leur culture millénaire. »

« Nous ne sommes pas homophobes pour la plupart d'entre nous. Mais certains médias , serviteurs zélés du pouvoir, font volontiers l'amalgame opposant leurs certitudes artificielles dans un politiquement correct, avec nos sources vitales et notre croyance en la "royauté de l'homme". [...]

Chacun a le droit de mener sa vie comme il l'entend et comme cela s'est fait de puis des temps immémoriaux jusqu'à nos jours, sans tambours ni trompettes. Oui, nous respectons le choix de vie de nos amis. C'est leur droit et il faut le protéger. Mais nous ne souhaitons pas que nos principes soient déviés, qu'ils soient totalement et officiellement inversés, condamnés sans référendum. »

Henri, comte de Paris, duc de France